Comment je me suis ramassé avec du vernis à ongles et pourquoi je l’ai pas encore enlevé

Hier j’étais au meetup de FLOP (c’est un meetup de créateurs de jeux indies à Montréal) et on est allé au bar après. Là bas, je me souviens pu trop pourquoi, quelqu’un a sorti des bouteilles de vernis à ongle pour en mettre à quelqu’un d’autre. Et je me suis dit: Ha! C’est drôle! Moi aussi j’en veux!

Et c’est donc comme ça que je me suis ramassé avec du vernis à ongle sur la main gauche.

Ouais, juste la gauche. Les deux ça aurait été ben trop intense, come on! 😀

Surtout que j’ai choisi la couleur à l’aveugle, juste parce que je trouvais que le nom était cool. C’était genre quelque chose Sassy. J’ai un peu hésité en voyant la couleur (très très rose, avec des brillants) mais j’étais quand même pas pour arrêter là!

La fille qui m’a mis ça était très appliquée, très minutieuse. Elle a clairement fait ça souvent dans sa vie. La manière qu’elle roulait la bouteille entre ses mains pour la réchauffer, la manière qu’elle positionnait ma main sur la table… J’avais l’impression de faire parti d’un rituel secret.

Et je dois dire, c’est étrangement plaisant. Pas au point où je voudrait recommencer ça souvent, mais genre… avoir une personne qui s’occupe de nous comme ça, en nous tenant la main, pour appliquer délicatement et minutieusement une toute petite quantité de vernis sur chaque doigt… Je comprends pourquoi y’a des gens qui payent pour ça. C’est comme payer un extra pour se faire laver les cheveux chez la coiffeuse. C’est confortable, chaud et délicat, avec en prime un petit massage de tête! C’est se faire dorloter pendant un petit moment.

Et donc, maintenant que ça fait 24h que j’ai ça sur la main, voici quelques observations additionnelles:

  1. Au début, quand c’est pas encore complètement sec, ça pue énormément! Est-ce que les gens qui en mettent souvent pogne le cancer à force de respirer ces vapeurs toxiques là??
  2. Nos ongles étant plutôt durs et inertes, j’aurais cru qu’on n’allait pas ressentir le fait qu’on a du vernis dessus. Mais non. J’ai vraiment l’impression d’avoir quelque chose sur les ongles, quelque chose qui ne devrait pas être là. Comme si ça empêchait mon doigt de respirer. Comment les femmes font pour tolérer ça??
  3. Ça devrait probablement pas mais ça me gêne quand même vraiment beaucoup d’avoir ça sur la main. Surtout à la job ou dans le métro. J’ai vraiment peur du jugement des gens. Parce que je sais inconsciemment que c’est supposé être un affaire de fille. Que les hommes qui se mettent du vernis, c’est des creeps ou des weirdo ou pire… des trans! Soyons clair: c’est pas ce que je pense. C’est ce que je pense que les autres se disent en voyant ça. Même si c’était pour une joke, même si j’ai fait ça probablement dans le but d’attirer l’attention. J’ai pas vraiment envie que personne le voit. Donc je garde souvent ma même dans ma poche.
  4. Ce qui est d’autant plus dommage que je trouve ça, au final, quand même cute. Pas assez pour le refaire, à cause du point précédent, mais quand même.
  5. Apparemment, j’aime me forcer dans des situations inconfortables parce que je refuse obstinément de l’enlever. Je fais même attention de ne pas l’accrocher pour éviter que ça s’émaille.

Alors voilà. C’était mes observations. Ce qui était au départ une joke est devenu une expérience sociale, un défi personnel, une source de réflexions et bien plus!

Et je suis bien conscient que si vous lisez ça, vous êtes sûrement en train de vous dire que je suis weird. Et c’est tant pis pour vous.

Laisser un commentaire